BEHIA

3-picture1.gif

Béhia voit le jour à Paris dans les années 60.
Pureté de la voix de Sarah Vaughan et la technique accomplie de Ella itzgerald l’impressionnent, mais c’est surtout la sensibilité exacerbée et les intonations si particulières de Billie Holiday qui influenceront définitivement Béhia et son répertoire jazz.Lors d’un séjour au Brésil, elle découvre les maîtres de la Bossa Nova brésilienne : Vinicius de Moraes, Joao Gilberto et Antonio Carlos Jobim.Elle apportera ainsi à son répertoire une tonalité brésilienne.Combinaison harmonieuse,interprétation dans leur langue d’origine les standards américains, les rythmes brésiliens mais également les classiques hispano-américains voire quelques thèmes italiens originalement adaptés au jazz,
certaines de ses compositions permettent à BEHIA de maintenir intacte jusqu’au final l’attention de son public.

3-picture3.gif  3-picture4.gif

Revue de presse:

Une maîtrise extraordinaire de la voix. Une maîtrise extraordinaire des mélodies.
Elle les distille, elle les vit. Sa gestuelle, sobre, colle parfaitement aux paroles.
Elle chante des standards, mais pas seulement ceux de Broadway. Et s’il faut un « Summertime » par set et par exemple -elle interprète aussi et surtout des compositions de musiciens de jazz, devenues des standards ( Quincy Jones, Count Basie, Neil Hefti, Django Reinhardt).
Elle est secondée par le guitariste rythmique Pierre Audran et le guitariste soliste Louis Bariohay. Et, coup de génie, Louis qui est avant tout « musicien », ne joue pas des solos de « jazz » mais de « musique ». Cela renforce l’aspect chanson de l’interprétation et en même temps « jazzifie » plus encore, et paradoxalement, le phrasé de la chanteuse.
Cela se passait évidemment à la Boîte à la Miss et si je n’étais athée, je dirais : « Dieu sait que j’adore ce Club mais que fait là Behia, Behia b-i-a ? » Ou plutôt , que n’est-elle aussi ailleurs, au Cabaret du Casino de Monaco, au New Morning à Paris, au Birdland à New York, aux Festivals de Juan, Porquerolles, Ramatuelle, Vienne, Marciac….Ce en quoi je rejoins mes excellents confrères Jacques Aboucaya et Henri Marchal.
Elle est belle comme une aube de Paradis terrestre, sensuelle comme la moiteur d’une forêt tropicale. Elle est une suprême « entertainer » au sens noble du terme.
Bref, elle a tout d’une grande.
Michel Delorme

« Une belle voix, qui sait se faire câline ou fiévreuse, mais BEHIA laisse toujours aux musiciens le soin de s’exprimer……un grand coup de chapeau aux grandes vocalistes du jazz des années 30 et 40. »
Michel Bedin , « Jazz Hot Revue Internationale du Jazz ».Novembre 2003.

« ….BEHIA peut affronter avec succès les salles qui veulent bien proposer des chanteuses de jazz dignes de ce nom. » Gérald Mathieu, « Jazz Notes » Décembre 2003.

« Une nouvelle voix, un nouveau visage, BEHIA a tout compris pour ce qui est du swing, cette artiste sincère mérite d’être suivie. »
Henri Marchal , « La Semaine des Spectacles ».Mai 2003

« Une voix bien à elle , légère , bien timbrée, voluptueuse .BEHIA excelle dans le swing comme dans les mélodies tendres et dégage une réelle émotion. »
Jacqueline Quehen. »Nice Matin » .Juillet 2003.

« Sa maîtrise innée du swing et les intonations chaudes de sa voix nous font voyager instantanément. »
MJC Picaud Cannes. Février 2004.« La voix juste , sensible et émouvante d’une passionnée de standards et de bossa ». Daniel Chauvet, « Nouvelle Vague » Novembre 2003.« Sa voix chaude, son sens du swing et des nuances lui font détailler avec sensibilité les classiques….Son incursion dans le répertoire brésilien peut soutenir la comparaison avec les spécialistes que sont Sylvia Telles et Rosa Passos. » Jacques Aboucaya « Jazz Magazine » Sept 2004

3-picture2.gif 

BEHIA DISCOGRAPHIE
ET RECITALS

Jazz et Bossa

« Just Squeeze Me » BEHIA –Wilben 01 Distribution FNAC

« L’enregistrement est parfait, la répartition des sons et des volumes idéale, aucune priorité autre que celle du bon goût n’a dicté la prise de son […] joué et chanté avec feeling remarquable ».
Raymond Fonsèque. Président du Jazz Club de France.
« BEHIA nous offre un disque de jazz mainstream de très grande qualité …. Un travail soigné pour un résultat très séduisant »
« Jazz Hot » Revue Internationale du Jazz.

« …..BEHIA est entourée des meilleurs ‘sidemen’ de la Côte …. »
Daniel Chauvet « Nouvelle Vague »

« Tous les thèmes séduisants, balancent avec beaucoup de charme…BEHIA a enregistré son disque avec quelques uns des meilleurs musiciens de la Côte. »
Henri Marchal « La Semaine des Spectacles »

« Un album riche en émotions »
FNAC Nice

« Une voix chaude , une émotion , un swing qui ne demandent qu’à être entendus » Frédéric Jaubert . « Nice Matin » Juin 2003

Contact: Catherine CHAZE

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

Les commentaires sont fermés.